in

En cette saison de la vie, ayez confiance que Dieu est là

En cette saison de la vie, ayez confiance que Dieu est là

Si vous êtes quelque chose comme moi, vous êtes proche de la fin de votre chaîne. Là où j’étais il y a un an m’étonne parce que les plans que je m’étais imaginés aujourd’hui étaient très différents de ceux où je me suis retrouvé.

Si vous êtes comme moi, vous devez rester engourdi pour rester calme. Vous devez parfois éviter les nouvelles, éviter les médias sociaux, éviter vos propres pensées. Et vous faites cela juste pour vous sentir incroyablement coupable à la fin de la journée de l’avoir fait. Je suis souvent en colère contre moi-même pour les centaines de choses que j’aimerais faire, mais je n’ai tout simplement pas l’espace mental.

Si vous êtes comme moi, vous n’avez pas la capacité d’absorber pleinement non seulement votre propre vie, mais tout ce qui se passe dans le monde qui vous entoure. Je trouve que je suis beaucoup trop petit pour comprendre les implications de cette saison, toutes les choses qui y ont conduit, toutes les choses qui viendront après. J’ai l’impression de me réveiller et de me noyer sans but toute la journée jusqu’à ce que je m’endorme enfin, juste pour me réveiller dans le même cauchemar le lendemain matin et recommencer.

Si vous êtes comme moi, vous êtes fatigué. Vous êtes fatigué de voir tant de haine, de violence, de colère, d’amertume, de combats, de meurtres et de destruction. Vous êtes fatigué de sur-analyser chaque petit mouvement que vous pourriez faire, vous demandez qui le prendra dans le mauvais sens. Vous êtes fatigué d’être dit que vous ne faites pas assez ou que vous en faites trop. Mais c’est le problème avec la douleur systémique: elle est silencieuse pendant longtemps, puis elle montre son visage et ne demande à être reconnue qu’un certain nombre de fois avant d’éclater. Et à ce point de hauteur émotionnelle, il devient beaucoup trop facile d’exploiter cette douleur, de se précipiter avec de grandes promesses et des solutions sous la prétention de bonnes intentions quand sous le masque, ce n’est que plus de corruption.

Si vous êtes comme moi, vous réalisez que le mal est sournois, profondément enraciné et incroyablement laid. Il existe de tous les côtés de l’argument, dans chaque fissure et crevasse de l’injustice. Et vous savez que quand même l’un de nous souffre, nous souffrons tous. Et nous voilà, tous dans la douleur et à la recherche désespérée de la source dans l’espoir de l’éteindre. Nous pointons du doigt et griffons tout suspect potentiel, en prenant vengeance sur nous-mêmes comme un devoir que nous pensons pouvoir faire respecter avec justice.

Si vous êtes comme moi, vous réalisez que vous êtes complètement sous-qualifié pour appliquer quoi que ce soit. Je ne pourrai pas vous donner la liste des noms de tous ceux qui sont à blâmer. Je ne pourrai pas me souvenir de tous les actes pervers qui nous ont tous conduits à ce point ou me souvenir de toutes les statistiques qui soutiennent un argument unilatéral. Je pense que même les statistiques peuvent être faussées et manipulées au nom du pouvoir, comme je suis sûr que la plupart d’entre vous en conviendront. J’ai vu des statistiques utilisées pour opprimer les gens sous le couvert de la certitude mathématique, comme si l’on pouvait en quelque sorte retirer l’humanité d’une statistique qui prétend la refléter. Non, nous sommes tous biaisés. Nous ne savons pas tout cela et nous ne pouvons pas. Même si nous le voulons, les abus sont souvent sournois et cachés dans l’ombre de tout ce que nous pensons savoir en tant que tiers.

Si vous êtes comme moi, vous voyez Satan partout. Vous le voyez assis en arrière avec ses pieds en l’air, riant profondément seulement pour inspirer une respiration paisible au milieu de ce chaos. Vous le voyez admirer un travail bien fait; vous le voyez marcher parmi nous dans la crainte de sa puissance. Tu vois, nous lui avons donné ce pouvoir. Nous avons acheté mensonge après mensonge, division après division. Nous avons accepté une culture qui permet de ne pas écouter et, surtout, de ne pas aimer. Nous n’aimons pas nos ennemis. Nous n’aimons personne qui nous regarde du mauvais côté ou qui dit la mauvaise chose. Si nous sommes honnêtes, nous aimons-nous même? Est-il possible d’aimer qui vous êtes dans un monde qui remet constamment en question votre identité, votre moralité, votre sens du bien et du mal, votre apparence, votre personnalité, vos loisirs et vos croyances?

Si tu es comme moi, tu veux voir l’amour. Et vous savez que même en disant cela, vous allez probablement susciter une polémique. Comment puis-je parler de quelque chose d’aussi ridicule, de si usé, de si élémentaire et peu pratique? Qui suis-je pour vous dire d’aimer vos voisins, amis, famille, collègues, même les gens qui vous détestent? Non, l’amour est hors de propos. La patience est partie. Grace est épuisée. L’espoir est vide. La foi s’est tarie et nous devons la prendre en main! Ou est-ce juste d’autres mensonges que nous avons achetés à l’ennemi?

Si vous êtes quelque chose comme moi, vous savez que vous n’avez aucune autorité, mais Jésus en a. Non, je ne peux pas vous dire d’aimer. Je ne peux pas vous dire que vous avez raison ou tort. Mais je peux vous parler de mon Jésus doux et aimant qui est sans défaut. Je peux vous dire que j’ai choisi l’amour parce que j’ai d’abord été aimé, que la seule façon dont j’ai trouvé la vie et la bonté est de m’abandonner devant la croix où Il a payé le prix que je ne pourrai jamais rembourser. Même encore, je du quotidien secoue mon poing à Dieu, en demandant «Pourquoi m’aimes-tu? Pourquoi m’as-tu créé? Pourquoi vous sacrifieriez-vous pour moi? sachant que je ne comprendrai jamais pourquoi Il a fait une telle chose pour quelqu’un d’aussi indigne que moi. Cependant, Il l’a fait. Il l’a fait pour moi, pour vous, pour toute l’humanité. Il l’a fait pour que nous ayons une ligne directe vers l’eau vivifiante, vers un espoir et une paix qui surpassent toute compréhension. Il l’a fait pour nous de remettre les soucis auxquels nous sommes confrontés, les épreuves que nous traversons, les échecs que nous jetons constamment sur notre pile. Il l’a fait pour nous aimer librement et pleinement. Et mon espoir en cette saison est le suivant: peu importe à quel point le monde autour de moi est tordu, peu importe combien d’obscurité est mise en lumière, peu importe à quel point nous nous sentons tous perdus au milieu de celui-ci, Il n’abandonne pas. Il ne nous quitte pas. Il est fidèle, même quand on dirait que tout s’écroule. Le feu affine et fait naître une nouvelle vie, et de la même manière, j’espère que vous êtes rempli de courage pour les jours à venir alors qu’une nouvelle vie commence à émerger.

Nous ne sommes pas hors de cette saison, et même lorsqu’elle passera, nous naviguerons dans un monde qui ne ressemblera plus jamais à celui que nous connaissions auparavant. Réjouissez-vous de cela! Réjouissez-vous du fait que Satan pense il gagne, pendant que Dieu travaille tous les maux pour Le sien bonté, chaque chagrin pour Le sien joie, chaque morceau cassé pour Le sien chef-d’œuvre ultime. Parce que c’est qui nous sommes: Le sien. Dans un monde avec tant de bris, ce seul fait me réveille chaque matin. Ce seul fait me pousse à avancer, à travailler consciencieusement pour un avenir meilleur.

Si vous êtes comme moi, vous savez que nous sommes sœurs et frères. Et nous le serons toujours.

What do you think?

Il est temps de s’arrêter, de sourire et de respirer

Il y a une découverte dans la solitude