in

La vie n’est pas censée être un jeu d’attente

La vie n’est pas censée être un jeu d’attente

Nous attendons toujours la fin.

Où avons-nous tort? Pouvons-nous blâmer vendredi? Cela a-t-il commencé avec TGIF: Dieu merci c’est vendredi? La vérité est que ce n’est pas seulement le vendredi que nous attendons.

Cela m’a été rappelé récemment par mon fils de cinq ans. Ayant été à l’école depuis septembre, il a déjà reconnu le programme auquel participent le reste de la population adolescente et adulte: combien de jours encore avant vendredi?

Puis, une fois qu’il apprendra à dire l’heure, ce ne sera pas seulement vendredi qu’il attend avec impatience; ce sera le moment où l’école se terminera chaque jour. À ce stade, il sera comme tout le monde qui attend déjà avec impatience la fin de chaque journée de travail. Et devine quoi? Dès vendredi, nous attendons avec impatience le prochain. C’est un cycle qui ne se termine jamais.

Pensez à votre temps à l’école. Vous ne vous souvenez pas avoir attendu que cette cloche insaisissable sonne chaque jour, ce qui indiquerait que nous pourrions nous échapper et rentrer à la maison pour la soirée? Certains jours passaient et d’autres semblaient passer. Quoi qu’il en soit, nous attendions toujours que le temps passe. Quel impact cela a-t-il sur notre santé mentale? Comment regarder vers la fin de quelque chose influe-t-il sur notre capacité à nous concentrer et à nous contenter du moment présent?

Au fil des années au lycée, nous avons commencé à nous réjouir de la fin. Cependant, à l’approche de la fin, avons-nous commencé à avoir peur? La réalité a-t-elle commencé à s’installer lorsque nous avons reconnu que les choses allaient changer? Que tout ce que nous savions sur nos horaires et nos routines était sur le point d’être complètement remanié?

Quelle était la suite? Était-ce un collège, une université, trouver un emploi? Qu’est-ce qui est arrivé ensuite, devinez ce qui nous a suivis? Le jeu d’attente. Oui c’est vrai. Les années que nous avons passées au lycée à attendre la fin de chaque journée, la fin de chaque semaine, la fin de chaque année scolaire et la fin de l’école elle-même ne suffisaient pas. Quelle que soit la tentative qui suivit, le jeu de l’attente aussi.

Attendons-nous continuellement que quelque chose de notre vie se termine pour que nous puissions faire l’expérience de ce nouveau départ? Combien de temps faut-il pour que ce nouveau départ brille se dissipe?

Que se passe-t-il lorsque nous nous trouvons une carrière? Commençons-nous simplement à compter nos années de service? Les années où nous avons rempli un certain rôle? Une fois que nous avons compté quelques décennies dans notre carrière, commençons-nous à nous réjouir de la retraite, de la finir de notre carrière?

Et quand nous arriverons à la fin de notre carrière, qu’attendons-nous alors avec impatience? Après avoir joué au jeu de l’attente toute notre vie, que se passe-t-il ensuite? La vie continue d’avancer si nous sommes arrivés à la retraite, mais qu’attendons-nous?

Mort?

Et dans la mort, il n’y a pas de nouveau départ à espérer dans ce monde. On fait quoi alors? Arriverons-nous à ce point uniquement pour réaliser que toute notre vie a été un long jeu d’attente? Quand la mort est à l’horizon, réaliserons-nous que nous avons perdu la partie? Que le jeu de la vie n’avait jamais pour but d’arriver à la fin.

Nous avons par inadvertance fait de la vie un grand jeu d’attente au lieu de jouer le jeu de la vie elle-même. Et alors?

Il vaudrait mieux affronter cette réalité maintenant, en ce moment. Prendre conscience de la fréquence à laquelle nous attendons avec impatience la fin de quelque chose. Qu’en attendant la fin avec impatience, on oublie de profiter des moments présents qui nous ont été offerts. Que maintenant, nous pouvons inviter l’appréciation et la gratitude dans nos vies; que nous pouvons jouer à un nouveau jeu où nous décidons des règles. Un jeu où nous savons que la fin viendra, mais notre objectif est de nous amuser, de jouer dur et de faire de notre mieux maintenant. Oubliez la fin; concentrez-vous sur maintenant.

Si nous le faisions, quel changement majeur nous vivrions dans notre attention, dans notre concentration. Si nous invitons cette perspective dans nos vies, qu’est-ce qui s’ouvrira pour nous? Allons-nous commencer à voir les choses différemment? Allons-nous commencer à vivre les choses différemment? Allons-nous commencer à RESSENTIR les choses différemment?

C’est là que je veux être. Je veux être à la pointe de ici et maintenant, en ce moment, où tout est possible.

Alors, que pouvons-nous faire pour changer le cours de notre vie d’un sombre jeu d’attente à un jeu qui nous interpelle et nous excite au quotidien?

Sensibilisation: Vous connaissez maintenant le jeu dans lequel nous sommes tombés. Ce n’est la faute de personne. Soyez juste conscient du jeu auquel nous jouons. La prise de conscience nous donne un espace pour créer et faire de nouveaux choix. Cela ouvre des possibilités.

Jugement: Il peut être facile et tentant de tomber dans le piège du jugement. Dans la vie, certaines choses vous édifieront et d’autres vous feront tomber. Même les pensées ou les mots exprimés négativement sur soi-même et sur les autres se répercutent dans nos propres vies.

Rêver: Nous avons tendance à nous en remettre au temps que nous passons à dormir. Il est temps de démarrer nos voyages. Nous devons réfléchir davantage à ce que nous voulons pour nos vies.

Curiosité: Une fois que vous avez invité le rêve et la créativité dans votre vie, soyez curieux de connaître les idées que vous avez proposées et celles que vous voulez faire. Il y a de fortes chances que vous ayez des idées que vous ne cessiez de remettre à plus tard. Le moment est venu de vous intéresser à eux.

S’entraîner: Maintenant que vous êtes devenu curieux de connaître vos idées, donnez-leur un espace d’exploration et d’expansion. Recherchez, planifiez et commencez à agir!

Amusement: Amusez-vous en explorant et en pratiquant ces nouvelles choses.

Reconnaissance: Pratiquez-le quotidiennement. Réservez du temps avant de vous coucher et notez les choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant.

Ce n’est qu’un début, mais emprunter cette voie ouvrira la vie. Le jeu de la vie consiste à prendre des risques, à essayer de nouvelles choses, à rechercher de nouvelles expériences, à ressentir des émotions intenses, à établir des liens solides. Libérez-vous du jeu d’attente dont vous n’étiez pas au courant jusqu’à présent. Revenez dans le jeu de la vie et vous constaterez que vous avez beaucoup de vie à donner.

What do you think?

Si vous lisez ceci, il n’est pas trop tard

Le jour où je n’avais plus de combat en moi